....TOUR DU MONDE 2008 / 2010 A la rencontre d'une page de notre histoire....

Séu d'Urgell en petit comité

Séu d’Urgell
Du 24 mars au 1er° avril 2008,
Les sélections canoë-kayak pour les jeux olympiques.

Didier travaille sur place, nous l’accompagnons en petit comité. Les filles ont des obligations scolaires - ce qu’il ne faut pas entendre de la bouche de gens qui vont les sortir du système pendant deux ans…-
Bref, Chogan et Kaéna seront les seuls à venir tester le chauffage. Avec Sylvain, petit ramusket, assez  sympathique, qui vient donner un coup de main à Didier, il ne sait pas encore ce qui l’attend !
Il récupère le lit d'Océane, qui rappelons-le est fait en rapport avec la taille d'Océane!

 

 

 

 

 

      Mais nous avons trouvé de quoi lui calmer les nerfs, si besoin....

 

Le programme est : départ lundi 24 mars à 17h
Figurez-vous qu’à 16h 30, nous sommes prêts. Comme quoi, nous sommes tous capables de progresser même dans des domaines inébranlables !
16H40, Sylvain appelle « mappy-Baylacq » pour ne pas se perdre et arriver à l’heure.
16H50, il a fait demi-tour, oubli des papiers… Ce n’est pas grave, nous avons le temps !

18H, nous décollons, ….
Faux départ… J’ai oublié mes papiers !
Oui, bon, le progrès ne signifie pas la perfection.


La route se déroule sans souci, jusque vers 22H, à 70 kilomètres du Pas de la Case, les panneaux d’affichage lumineux annoncent l’équipement obligatoire.
Certes, au Somport, ce n’était pas du bluff, mais là…
Ce n’est que de la neige, tout de même, cela doit pouvoir se tenter. Une demi-seconde de réflexion plus tard :
- «  Oui, de toute façon, nous n’avons pas le choix, pas de chaînes, la seule option serait de retourner sur Sorte, trop loin, trop fatigués ! »… «  Heureusement, nous avons un pneu neige sur les six, petit reste d’Allemagne, ça va le faire ! »
23H, la route devient… Glissante, et blanche…
Il y a une boutique de chaînes ouverte, une patrouille de police. Il faudrait peut-être que nous arrêtions de faire les malins.
Allez, nous nous rangeons sur le bas-côté.
-    «  Bonsoir, ce serait pour des chaînes. »
Les propriétaires de la boutique sont branchés sur une perfusion Ricard coupé au whisky, pausée depuis 48 heures…
- « Les chaînes, voyons, … 175 euros…Et blablabla les dangers des routes enneigées, et blablabla le dépannage à 4 h du matin, et il neige, et blablabla la police, l’amende … ». Puis la discussion s’oriente sur le camion, les sélections, …
Tout cela est un peu décousu et agrémenté d’une odeur un peu soutenue, mais c’est assez drôle et nous passons même un moment agréable. 
 Ils finiront par nous dire que malgré un petit kilomètre difficile, en bifurquant sur le tunnel de Puymorens, ça passe sans problème et sans chaînes !
Merci Dapigu, qui nous sauve la mise, en tout cas le portefeuille !
Le petit kilomètre est effectivement délicat mais ne méritait pas l’allègement considérer.

Enfin, nous arrivons à 1H30, dodo.



Mardi 25 mars

Wahou, il fait froid !
L’objectif de Didier est de travailler, le mien rappelons-le est de tester le chauffage !
Et, hier soir, nous étions  trop fatigués pour essayer de comprendre comment il fonctionne…
Dès lors et suite au réveil frigorifié de Sylvain, nous sommes sûr d’une chose, c’est que, concluant ou pas, les tests seront effectués en condition optimale !
                              

Aujourd’hui, c’est la journée découverte du bassin. Le site est extra, vraiment adapté à ma nouvelle morphologie : quatre roues à l’avant précédant deux jambes ( les miennes d’origine) et de petites ailes dans le dos (deux petits bras gesticulant et deux jambes méritantes car en cours de claquettes plus de 5 heures par jour).
Et puis, c’est le jour du marché, des stands étalant leurs fruits et légumes à profusion et mon espagnol …inexistant ou presque – parce que j’ai su dire : « quatro tomato por favor. »  Hey !- Je ramène quand même de quoi faire un tajine !
Bref, quelques courses et balades dans cette petite ville absolument charmante et partout très accessible. Oui, cela m’a un peu marqué parce que c’est la première fois que je me balade en poussette finalement. Et je n’avais donc jamais eu l’occasion de me rendre compte à quel point c’est utile de pouvoir passer d’un trottoir à un autre, d’aller d’un bout de la ville à l’autre sans manutentions incessantes…
                    …. Mis à part les escaliers de la sortie du bassin…
                                      
                       Encore que sur ce coup, j’ai été secondé ! Ca ne compte pas.
Mais, ce n’est pas tout, le coup des couches au départ du Maroc, ça nous avait bien plu, alors, nous avons réitéré… Sauf, que cette fois-ci, ça ne tiendra pas deux jours !
Du coup, dès que les garçons ont fini de travailler, nous partons en Andorre (à 10 minutes) pour de vraies courses !!! C‘est chouette ces magasins ouverts très tard, ça nous vaut une petite balade de quatre heures…. Et pleins les pattes.
Le tajine ce sera demain.
Didier programme le chauffage pour la nuit….
                    … Demain verdict !




Mercredi 26 mars

Au petit matin, un collègue de Didier arrive tout frais – c’est le cas de le dire- : « il fait -2°c ! »
Ah, ben , je veux bien croire, parce que dans le camion, il ne doit pas faire beaucoup plus !!!!
Le Chauffage, Aaaargh, … Ne marche pas !
Didier ne se démonte pas, moi je fume – facile en même temps, vu la température extérieure-

Une journée encore bien froide mais ça reste gérable, promenade dans Le parc del Segre ! Il est vraiment au top de l’aménagement et ouvert au public de 8H à 20H, bassin, toilettes, bar-restaurant, aire de jeux, … La vie facile, quoi !


La petite note discordante, c’est que nous pensions avoir accès au wifi du parc, mais il s’avère que c’était une fausse information. Tant pis, pas d’Internet, pas de téléphone, pas de nouvelles fraîches.

Nous avons posé le camion juste à proximité, ce qui limite mon temps d’accès pour aller « voir les bateaux ! », la nouvelle passion de Chogan.
Aujourd'hui, j'ai perdu les clés... mais nous avons des doubles et avec nous en plus! ( nous sommes tellement au point que je peux même me permettre de perdre les clés sans stresser Didier, une autre fois nous aurions eu les doubles à la maison, ou nul part!)

Et puis ce soir tajine, c’est officiel : il est devenu le four du camion !  

Sylvain s'adapte parfaitement bien...

Chogan progresse question barbecue

Un délice… un peu sec, le vent s’est levé, les braises attisées ont eu raison du jus…il nous l’avait dit notre vendeur de tajine au Maroc !
Didier bidouille le chauffage. AH ! Autant je suis nulle en espagnol, autant l’allemand c’est du chinois pour Didier. Le programmateur est en allemand et hier, il s’est trompé de jour… Nous aurons donc peut-être du chauffage cette nuit…
                                …suspens, Sylvain dort désormais en sweat avec un supplément polaire sur son sac de couchage affichant gracieusement la lutte contre – 19°c. Et, sympa, pas de rébellion. J’admire !



Jeudi 27 mars

Yahou !!! Il a marché ! Notre chauffage, il a marché !
Chogan et Kaéna en ont dormi jusqu’à 10H45 – contre les 7H40, 8H jusqu’à maintenant-  
Je m’emballe, du coup je le relance et c’est journée bain pour Chogan et Kaéna, …
Dans la nouvelle bassine toute neuve (nous avions aussi oublié la bassine !) et douche pour moi !
Ce sera le plus grand moment de cette journée avec un petit barbecue le soir. Dans le pied du tajine, c’est un super plan ! Nous avons trouvé une petite « carnasseria » au centre ville où la viande paraît d’une qualité excellente.

     
 D’ailleurs, d’une manière générale, j’ai l’impression que le frais en Espagne est assez bien placé…À creuser.

Nous passons un petit moment à la « casa rural » où sont hébergés quelques athlètes pour pouvoir se connecter et envoyer un petit coucou aux filles – Encore une fois, j’ai oublié mon téléphone ! -

Demain, c’est l’ouverture des courses de samedi, la pression monte chez les athlètes, mais l’ambiance reste très bonne et… Nous avons du chauffage ! Ça n’a rien avoir, mais je suis trop contente, Sylvain aussi est soulagé.



Vendredi 28 mars

Le chauffage a encore marché, nous avions décalé la programmation de deux heures. Le déclenchement à 4 heures paraît être plus adéquat.
Il fait quand même très froid, cloîtrés dans le camion toute la matinée, les enfants sont violets. Je n’ai pas réussi à relancer le chauffage, nous attendons le retour de Didier impatiemment.
Heureusement, le créneau de navigation est plus court aujourd’hui. Cet après-midi nous retournons en Andorre pour acheter un disque dur externe   -…Pour stocker les photos du tour du monde hihihi ! -
Il neige, il neige, impossible de descendre les enfants, ils ne sont pas équipés et le froid accumulé ce matin ne me donne pas des ailes. Didier et Sylvain arpentent les rues pentues pour revenir…Bredouille !

   


Ouh ! Je râle…Un peu. Nous irons donc l’acheter au super mercado – C’est incroyable, nous sommes impressionnés par l’abondance et le choix de produits, tout, il y a tout dans ce magasin.

Ce soir, tapas…
Alors, la boucherie super, les légumes super, mais les restos et les bars… C’est bon, mais les enfants en ont pris pour dix ans de goudrons dans les poumons !



Samedi 29 mars

Cette nuit nous avons testé la soufflerie, elle est inutile, nous avons eu trop chaud ! Sauf, Sylvain, encore meurtri par les premières nuits.
Premières courses de kayak, il fait grand beau et le froid cinglant du matin laisse place aux honneurs du soleil.
Superbe journée !
La blague du jour, c'est que j'ai fermé les clés dans le camion (pour une fois que je fermais à clé!)
Personnellement j'ai trouvé cela plutôt comique et pas vraiment étonnant. Mais même si Didier partageait le "non-effet" de surprise, son sens de l'humour ne se situe pas sur le même plan. Nous aurions presque pu discerner une pointe d'agacement!
Bon, il faut des outils,... ils sont dans le camion! Au moins, on ne nous les volera pas, mais cela ne résolve pas le problème.
Nous arrêtons un copain pour quémander "un quelconque outil nous permettant de forcer la serrure", après la sortie d'un ciseau, trois tours de camion, et deux secondes de réflexion, il manipule l'extrémité de la targette de la petite fenêtre avant et..elle s'ouvre! De là, ouverture de la fenêtre et le problème est réglé!
Merci.
Et, finalement, heureusement que je dispose de cette faculté de mise en situation par anticipation! Nous n'aurions jamais su que si la targette n'est pas enclenchée de l'intérieur elle s'ouvre facilement de l'extérieur. Et nous nous serions fait dépouiller le camion à la première occasion!
                                              ... Ah, tiens, les clés ne sont pas dans le camion!
                                                                ....


    

Le club de Pau est arrivé en tant que supporter, Sylvain profite du passage pour faire une nuit…À l’extérieur…
En début de soirée, nous allons en quête d’un cybercafé. Introuvable !! Nous rentrons penaud après une heure et quart de trotte. Il y en avait bien un mais c’était plus un couloir à cancer du poumon qu’autre chose, et Chogan et Kaéna avaient déjà eu leur dose en matière de nicotine.




Dimanche 30 mars

J’ai le sentiment que le chauffage n’a pas marché cette nuit mais Didier est convaincu du contraire… J’ai oublié de demander l’avis de Sylvain –tiens, d’ailleurs-
Bref, il fait encore très beau, c’est vraiment très agréable, d’autant que ces journées courses sont également des journées bassins et pour les enfants, il est bon que le climat ne soit pas  révolté.

Tony E. est sélectionné pour les jeux, c’est presque normal, mais c’est toujours un soulagement quand c’est officiel.
Nous passons à la « casa rural » envoyer  un mail aux filles.
 Nous en profitons pour partager un petit moment avec les athlètes et féliciter Fabien L. qui semble sur la bonne voie pour Pékin, après les deux premières courses gagnées. Pour lui tout se jouera demain.

Eric

Thomas

Lucien

 

 

 


Ce soir, tajine. Alors qu’il finit à peine sa cuisson, le temps qui s’était contenu jusque là se lâche et nous essuyons un gros orage hivernale. Au petit matin le soleil est revenu, mais il est tout de même tombé 50 cm de neige en Andorre.



Lundi 31 mars

Journée repos pour les athlètes, ce soir ouverture de la dernière course de demain.
Je suis sûr que le chauffage n’a pas marché, Didier dans le doute teste la batterie… Il n’y a plus de jus ! Heureusement, nous sommes autonomes pour recharger.


Pour résumé, cela signifie que notre chauffage marche mais consomme beaucoup de batterie. Bien, nous nous en servirons dans les cas extrêmes…

Balade habituelle dans la ville.
 Pas toujours évident de retirer de l'argent


Je suis stupéfaite par la qualité du dispositif de gestion des ordures. Définitivement l’Espagne n’est plus synonyme de pays poubelle (nous avions déjà constaté cela en Galice).

Avec boitier télécommandé, s'il vous plaît!

                  

Des poubelles de tris à tous les coins de rue

Côté français, ce n’est pas vraiment la même…

               


Ah tiens, il y a un petit café très sympa, il dispose du wifi, il est à deux pas du bassin… Nous sommes trop nuls.


Au goûter, c'est crêpes:

 

  Et même petit dessin animé le soir!
Ah! tiens, les clés sont là, rangées dans la pochette de macky à l'abri de tout égarement!

Demain dernier jour de course, nous rentrerons en suivant retrouver nos filles.



Mardi 1er avril

 

Fabien

Aline




Toujours du beau temps, plus besoin du chauffage, une journée bassin de plus et de bons résultats pour les palois.

cliquez là→ 

 Voilà, un petit séjour bien agréable qui prend fin, la cohabitation avec Sylvain est passée inaperçue, bien plus discret que son pseudo, c'est un chouette... personnage.
Au revoir tout le monde, nous reprenons la route à 15H45 et nous la partageons près d’une heure avec un autostoppeur aux relents alcoolisés. De bonne compagnie malgré tout, il nous fera un petit topo sur les montagnes qui nous entourent.
 Nous serons à la maison à 21H, les filles nous ont attendu, c’est chouette de les retrouver….
                        …
A chaque retour, le sentiment d’être plus épanoui sur les routes qu’à la maison s’agrandit.
Notre âme de nomade ne cesse de croître, c’est bon signe ….plus que six mois.

La grande constatation, c’est qu’Internet n’est pas aussi accessible que nous le pensions, des contraintes de wifi sécurisés, d’accès, avec des enfants ( beaucoup d’enfants), de lenteur ( au Maroc), … Tout cela laisse penser que les nouvelles du tour du monde seront plus éparses que prévues… Nous verrons.
Prochaine étape, premier octobre dans les starting-bloc.
Avant cela, Dapigu va passer à la révision complète, sa toux n’est pas encore résolue et il semble que les étriers arrières n’ont pas compris la leçon, il va falloir sévir plus sérieusement!
À plus,


l'âme en paix, l'esprit libre, le coeur joyeux sur les routes du monde....en avant pour l'école de la vie...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×